Envahi (par la végétation)

L'appartement de Rampa était dans un style totalement épuré et dépouillé.

Tout était noir, les lignes étaient pures, les meubles vides, le silence était maître.

Çà et là, des traces de son passé étaient visibles : toiles de grand maître, sculpture d'anges, livres dédicacés…

C'était aussi sobre que grandiose. Aussi vide que magnifique.

Quand Aziraphale lui rendait visite -assez rarement- il se faisait toujours la même réflexion : c'était surprenamment froid pour un reptile.

Mais il n'en fit jamais la remarque à voix haute et embrayait aussitôt sur autre chose.

Sauf que Rampa avait un petit secret sans en être un. Il ne s'en vantait pas mais ne le cachait pas.

Dans la pièce la plus exposée au sud, avec vitres et canalisations détournées, une espèce de serre d'intérieur survivait malgré les incursions colériques du propriétaire qui tentait d'en restreindre le nombre d'occupantes.

Mais voilà, toutes les conditions étaient réunies -et plus encore- pour que ça croisse de partout, ça s'enchevêtre à qui mieux mieux.

Ce qui, à la base, était une simple tentative d'un nouvel hobby avait dépassé toute attente et espérance, au grand dam du démon et à l'amusement de l'ange.

- APPORTE UNE MACHETTE, MON ANGE ! Avait hurlé un jour au téléphone Rampa.

- Une machette, sérieusement, mon cher ? Tu n'as pas l'impression d'exagérer ?

- J'AI VU UN SERPENT L'AUTRE JOUR ! Glapit-il.

- Ce n'était pas toi ?

Le libraire s'était redressé dans son fauteuil, inquiet.

- … Ah si… balbutia son ami.

Ajouter un commentaire