Trois nénuphars

« Bonjour, je suis la portière. La portière qui garde l'entrée des âmes. Et vous êtes dans mon royaume... pour l'instant du moins. Et je vous reconnais. Comment ? Vous dites que c'est la première fois que vous venez en ces lieux ? Voyons, quittez cet air effrayé, je ne vais pas vous manger... Vous n'êtes pas très appétissant... Non, je rigole, calmez-vous, voyons... Vous allez finir cardiaque si vous continuez...

Bon, revenons au point de départ. Et arrêtez de me fixer ainsi, ce n'est pas un super compliment pour une jeune femme comme moi qu'un homme se sente terrifié et menacé par sa seule présence ! Et je grogne si je veux, d'abord ! Non, mais dis-donc...

Où en étais-je ? Vous voyez, en plus vous me faites perdre le fil... Ah, oui, je me présentais. Donc, je m'occupe de l'entrée des âmes dans les différentes sections... De quoi je parle ? Mais enfin, de ce que vous appelez le Paradis et l'Enfer ! Oui voilà, je suis Saint-Pierre... avec plus de formes... un peu plus jeune, aussi, si vous voulez... Je me nomme Anikata et je suis chargée de votre surveillance durant votre séjour.

Ce que vous faîtes ici ? Bah, devinez, vous avez l'air assez intelligent... Vous n'êtes pas mort ? Pas mon problème... Il y aurait un problème dans les fichiers ? Je ne vous permets pas ! Il n'y a aucune... Mais, ne me coupez pas ! Et laissez-moi parler ! Scrogneugneu... Je boude si je veux ! Et aussi, je sais très bien que vous n'êtes pas mort ! Vous rêvez, voilà tout. Tout simplement, oui... Un cauchemar ? Bah merci ! Ça fait toujours aussi plaisir d'entendre ça... Si je l'ai mal pris ? Non, vous croyez ? À votre avis, si je vous regarde d'un air offensé, c'est pour vous acheter des fraises, n'est-ce pas ? Ben quoi ? Vous ne connaissez pas l'ironie ? Oh et puis laissez tomber. Cette discussion ne mènera à rien.

Bref, je trie les âmes selon les ordres et demandes des supérieurs -j'en ai trente-sept- et surveille les âmes -comme la vôtre- qui errent. J'ai une mémoire des visages -d'où mon assignation à ce poste, vous croyiez quoi ?- qui me permet d'enregistrer chacun de ceux entraperçus. Les trois-quarts sont invisibles et peu apparaissent assez longtemps pour engager la conversation.

D'ailleurs, j'y pense, votre identité, je vous prie ! Bien sûr que je vous ai déjà vu, là n'est pas le problème. Le problème est votre identité inconnue. Il me faut la noter dans le registre. Dans quel registre ? Celui des visites, pardi ! Non, rien de grave, juste que j'aime bien me rappeler avec qui j'ai parlé... Que voulez-vous, avec plus de mille ans de services... Mmh ? Oui, mille ans et des poussières. Me sœurs et moi, nous nous relayons. Deux mille ans chacune. Nous sommes triplés, si vous voulez savoir. Vous ne voulez pas ? Pas grave, vous le savez maintenant.

Alors ? Ce nom ? Comment vous dites ? Ma... Ma... Enlevez cette main de votre bouche bon sang, articulez et prenez de l'assurance ! Oui, je sais être effrayante quand je veux ! Non monsieur ! Cet éventail ne vous a pas frôlé ! Non monsieur ! Vous êtes victime d'hallucinations, voilà tout !

Reprenons, voulez-vous ? Non, je n'ai pas de fumée sortant des oreilles ! Alors ? Mathieu Harakao Littleway... Tu parles d'un nom ! Qui moi ? Non, je n'ai rien dit, absolument rien dit ! Pourquoi je me cache derrière mon éventail ? Euh.. Il fait chaud, vous trouvez pas ? Ah là là, que de chaleurs ! Pardon ? Vous avez froid ? Quel hasard ! Hé hé hé !

Hm, vous voilà enregistré, voilà ! Merci de votre visite et à une prochaine, peut-être ! Non, ne reculez pas ! Trop tard, vous y êtes allé avec le cœur quand même ! Bon, au revoir ! Quand même, plonger sa main dans l'unique brasero, il faut le vouloir... »


-Mathieu ? Mathieu ?

-Hm... oui ?

-Il est l'heure se lever.

-J'arrive.

-Mais.. Qu'as-tu fait à ta main ?

Jetant un œil à sa main, Mathieu ne put réprimer une expression de terreur. Son petit doigt et tout l'extérieur de sa main étaient carbonisés. Exactement comme dans son... rêve au moment de son départ.

Dessus étaient gravés trois nénuphars translucides. Comme sur l'éventail de la femme...


Mathieu se réveilla en sursaut. Ouf ! Tout ça n'était qu'un rêve formé par son esprit épuisé. Devant lui, deux ballerines vert d'eau, les jambes cachées par le bas d'un traditionnel kimono chargé de nénuphars éclatants, mettant en valeur l'éblouissante Japonaise devant lui. Le bas du visage camouflé derrière un éventail en soie et représentant le même motif que les habits. Elle lui tendait une main blanche pour l'aide à se lever.

« Bonjour. Je suis la portière. La portière qui garde l'entrée des âmes. Et vous êtes dans mon royaume. Je suis Anikata. Ravie de te rencontrer. Je trie les âmes sous les demandes et conseils de... »

Ajouter un commentaire